George
* le deuxième texte

           

George Sand, Histoire de ma vie, IV, 13


Sand

George Sand, Histoire de ma vie, IV, 13

Extrait de : George Sand, Histoire de ma vie, 1855 (acheter l’œuvre)

Extrait proposé par : Ministère de l’Éducation nationale Annales du baccalauréat


À propos de cet extrait :

[Épreuves anticipes de français du baccalauréat 2005, séries ES/S, session de septembre]


(licence Creative Commons BY-NC-SA, Ministère de l’Éducation nationale Annales du baccalauréat)
Texte de l'extrait (source) :

Établissons un fait avant d’aller plus loin.

Comme je ne prétends pas donner le change sur quoi que ce soit en racontant ce qui me concerne, je dois commencer par dire nettement que je veux taire et non arranger ni déguiser plusieurs circonstances de ma vie. Je n’ai jamais cru avoir de secrets à garder pour mon compte vis-à-vis de mes amis. J’ai agi, sous ce rapport, avec une sincérité à laquelle j’ai dû la franchise de mes relations et le respect dont j’ai toujours été entourée dans mon milieu d’intimité. Mais vis-à-vis du public, je ne m’attribue pas le droit de disposer du passé de toutes les personnes dont l’existence a côtoyé la mienne.

Mon silence sera indulgence ou respect, oubli ou déférence, je n’ai pas à m’expliquer sur ces causes. Elles seront de diverses natures probablement, et je déclare qu’on ne doit rien préjuger pour ou contre les personnes dont je parlerai peu ou point.

Toutes mes affections ont été sérieuses, et pourtant j’en ai brisé plusieurs sciemment et volontairement. Aux yeux de mon entourage j’ai agi trop tôt ou trop tard, j’ai eu tort ou raison, selon qu’on a plus ou moins bien connu les causes de mes résolutions. Outre que ces débats d’intérieur auraient peu d’intérêt pour le lecteur, le seul fait de les présenter à son appréciation serait contraire à toute délicatesse, car je serais forcée de sacrifier parfois la personnalité d’autrui à la mienne propre.

Puis-je, cependant, pousser cette délicatesse jusqu’à dire que j’ai été injuste en de certaines occasions pour le plaisir de l’être ? Là commencerait le mensonge, et qui donc en serait dupe ? Tout le monde sait de reste que dans toute querelle, qu’elle soit de famille ou d’opinion, d’intérêt ou de cœur, de sentiment ou de principes, d’amour ou d’amitié, il y a des torts réciproques et qu’on ne peut expliquer et motiver les uns que par les autres. Il est des personnes que j’ai vues à travers un prisme d’enthousiasme et vis-à-vis desquelles j’ai eu grand tort de recouvrer la lucidité de mon jugement. Tout ce qu’elles avaient à me demander, c’étaient de bons procédés, et je défie qui que ce soit de dire que j’ai manqué à ce fait. Pourtant leur irritation est vive et je les comprends très bien. On est disposé, dans le premier moment d’une rupture, à prendre le désenchantement pour un outrage. Le calme se fait, on devient plus juste. Quoi qu’il en soit de ces personnes, je ne veux pas avoir à les peindre ; je n’ai pas le droit de livrer leurs traits à la curiosité ou à l’indifférence des passants. Si elles vivent dans l’obscurité, laissons-les jouir de ce doux privilège. Si elles sont célèbres, laissons-les se peindre elles-mêmes, si elles le jugent à propos, et ne faisons pas le triste métier de biographe des vivants.

Les vivants ! on leur doit bien, je pense, de les laisser vivre et il y a longtemps qu’on a dit que le ridicule était une arme mortelle. S’il en est ainsi, combien plus le blâme de telle ou telle action, ou seulement la révélation de quelque faiblesse ! Dans des situations plus graves que celles auxquelles je fais allusion ici, j’ai vu la perversité naître et grandir d’heure en heure; je la connais, je l’ai observée, et je ne l’ai même pas prise pour type, en général, dans mes romans. On a critiqué en moi cette bénignité d’imagination. Si c’est une infirmité du cerveau, on peut bien croire qu’elle est dans mon cœur aussi et que je ne sais pas vouloir constater le laid dans la vie réelle. Voilà pourquoi je ne le montrerai pas dans une histoire véritable. Me fût-il prouvé que cela est utile à montrer, il n’en resterait pas moins certain pour moi que le pilori est un mauvais mode de prédication, et que celui qui a perdu l’espoir de se réhabiliter devant les hommes n’essaiera pas de se réconcilier avec lui-même.

D’ailleurs, moi, je pardonne, et si des âmes très coupables devant moi se réhabilitent sous d’autres influences, je suis prête à bénir. Le public n’agit pas ainsi ; il condamne et lapide. Je ne veux donc pas livrer mes ennemis (si je peux me servir d’un mot qui n’a pas beaucoup de sens pour moi) à des juges sans entrailles ou sans lumières, et aux arrêts d’une opinion que ne dirige pas la moindre pensée religieuse, que n’éclaire pas le moindre principe de charité.