George
* le deuxième texte

           

Catherine Des Roches, Les Œuvres, 1579


Catherine Des Roches, Les Œuvres, 1579

Image de profil de Caroline Trotot
Par Caroline Trotot
Enseignante-chercheuse à l'UPEM

Article ajouté le 04/03/2017 à 12h21

Les femmes de la Renaissance ont joué un rôle très important dans la constitution de la littérature en langue française. Plusieurs d’entre elles ont laissé des œuvres importantes, Pernette du Guillet, Louise Labé, Marie de Romieu ou Catherine des Roches par exemple. Ainsi Catherine des Roches a animé avec sa mère Madeleine des Roches un cercle littéraire à Poitiers et publié plusieurs ouvrages. Les sonnets de Sincero à Charite et de Charite à Sincero mettent en scène un personnage masculin et un personnage féminin qui énoncent chacun leur tour une série de sonnets. Dans les sonnets de Sincero, Catherine prend donc le masque d’un homme pour écrire l’amour et dans les sonnets de Charite, celui d’une femme. Les deux prénoms sont symboliques, Sincero évoque la sincérité et l’Italie alors que Charite rappelle la grâce (charis) des Grecs. Dans tous les cas, Catherine des Roches reprend les thèmes pétrarquistes pour en donner de nouvelles versions. Dans le premier poème, l’homme se présente sous la métaphore pétrarquiste du navire sauvé par la dame des erreurs d’une jeunesse aveuglée par les sens. Dans le second, la dame vante le profit de l’étude et de la vie sociale et déconseille à l’amant de se livrer exclusivement à une description de son amour.


Les extraits de textes :

Des Roches

Sonnet IX de Sincero à Charite, de Catherine Des Roches

Extrait de : Catherine Des Roches, Les Œuvres, 1579 (acheter l’œuvre)

Extrait proposé par : Caroline Trotot


Texte de l'extrait (source) :

Ma nef au gré des vents dedans l’onde poussée
Errait de toutes parts, quand votre heureuse main,
Piteuse1 de mon mal, me retira soudain,
En me sauvant des flots de la mer courroucée.

Follement aveuglé d’une erreur2 insensée,
Montrant que la raison m’était donnée en vain,
Je me laissais guider d’un erreur incertain
Lorsque votre bel œil arrêta ma pensée.

Maintenant je mourrais en mon cruel tourment3.
Mais de vos doux propos le doux enchantement
De cet âpre douleur promptement me délie.

Ainsi le saint honneur de vos perfections,
Conduisant sagement toutes mes actions,
Commande sur mes sens, mes pensers, et ma vie.


1 Piteuse : ayant pitié
2 Erreur : masc. et fém. égarement au sens propre et au sens moral. Le mot figure dans le premier sonnet du Canzoniere de Pétrarque « giovenile errore ».
3 Tourment : torture

Des Roches

Sonnet XXVI de Charite à Sincero, de Catherine Des Roches

Extrait de : Catherine Des Roches, Les Œuvres, 1579 (acheter l’œuvre)

Extrait proposé par : Caroline Trotot


Texte de l'extrait (source) :

Jamais mon Sincero, je ne prendrai plaisir
De vous assujettir à des lois rigoureuses.
Ha ! vraiment je hais trop ces âmes langoureuses
Qui sans cause d’espoir renforcent leur désir.

Je vous saurai bon gré, s’il vous plaît, de choisir
Le temps le plus commode aux œuvres sérieuses ;
Mais ne me racontez vos plaintes amoureuses
Sinon quand vous serez aux heures de loisir.

La plus grand part du temps demeurez à l’étude,
Puis quand vous serez las de votre solitude,
De raisonner en vous, et de penser en moi,

Allez voir le Palais, et la paume, et l’escrime1,
Et les Dames d’honneur, de vertu, et d’estime,
Gardant toujours l’amour, l’espérance, et la foi.


1 Distractions du XVIe siècle ; le jeu de paume est l’ancêtre du tennis, très populaire au XVIe siècle.

Ronsard

Sonnet 128 des Amours de 1553 de Ronsard

Extrait de : Ronsard, Les amours, 1553

Extrait proposé par : Caroline Trotot


Texte de l'extrait (source) :

O de Népenthe, et de liesse pleine
Chambrette heureuse, où deux heureux flambeaux,
Les plus ardents du ciel, et les plus beaux
Me font escorte après si longue peine.

Or je pardonne à la mer inhumaine,
Aux flots, aux vents, la trahison de mes maux
Puisque par tant et par tant de travaux,
Une main douce à si doux port me mène.

Adieu tourmente, adieu naufrage, adieu.
Vous flots cruels, aïeux du petit Dieu,
Qui dans mon sang à sa flèche souillée :

Ores ancré dedans le sein du port,
Par vœux promis, j’appends dessus le bord
Aux dieux marins ma dépouille mouillée.


Activités pédagogiques :

  1. Quel type de vers est employé dans les deux sonnets ? Quel est leur effet ?
  2. Comment sont disposées les rimes ?
  3. Dans le premier sonnet, quelles qualités le locuteur prête-t-il à la Dame ?
  4. Quelle marque orthographique confirme qu’il s’agit d’un locuteur masculin ?
  5. Dans le second poème, quelles marques renforcent la présence de la voix du sujet ?
  6. Quel type d’amour souhaite la dame ?
  7. Écriture : imaginez un dialogue en prose entre Sincero et Charite qui exposent leur vision de l’amour, du discours sur l’amour et de la poésie.

Activité : lecture comparée du sonnet IX avec le sonnet 128 de l'édition de 1553 Amours de Ronsard.

Crédits :

Cet article de Caroline Trotot est mis à disposition sous licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International (CC BY-SA 4.0), permettant sa réutilisation dans un cadre non-commercial sous réserve de maintenir cette licence et de citer son autrice ou auteur.